ASSOCIATION MUSIQUE ET PARTAGE

EVEIL MUSICAL, SOLFEGE SENSORIEL, GUITARE

 MAZEROLLES

06 26 18 60 04

COURS DISPENSES PAR UN INTERVENANT CERTIFIE EN PEDAGOGIE SENSORIELLE MARTENOT

LA MAGIE DE LA PEDAGOGIE SENSORIELLE

 

Le pouvoir de prĂ©server la joie de vivre ,la curiositĂ© d’apprendre,d’écouter, Ă  tout moment de l’apprentissage, tout en dĂ©veloppant sa propre sensibilitĂ© .

Le respect de l’évolution naturelle de chacun, pour garder confiance en soi, tout en dĂ©couvrant la complexitĂ© et l’étendue du langage musical .

L’association du geste , du son ,du rythme en gardant une dynamique sensorielle.

L’acquisition des notions musicales,du savoir faire,de la technique instrumentale de maniĂšre sure et durable,tout en dĂ©veloppant sa propre sensibilitĂ© .

 

  

LA PEDAGOGIE SENSORIELLE C'EST QUOI?


 Nous partons du principe que chaque acquis, doit passer par le geste , par le corps, en s’adressant Ă  ce que le corps et l’esprit maitrisent Ă  des degrĂ©s diffĂ©rents ,en fonction de l’ñge et la personnalitĂ© de chacun. Les sensations et capacitĂ©s Ă  se mouvoir sont diffĂ©rentes pour chacun. Nous utilisons toutes les ressources sensorielles disponibles de l’élĂšve,Ă  l’instant prĂ©sent ,en Ă©tant soucieux des impondĂ©rables liĂ©s Ă  chaque ĂȘtre humain.Lorsque nous abordons une discipline , musicale ou autre , il est trĂšs important de garder Ă  l esprit, et encore plus pour des enfants, l’importance de la joie naturelle qui habite chacun d’entre nous , et ceci durant tout le cheminement d’acquisition des compĂ©tences . Proposer des expĂ©riences qui vont entretenir la curiositĂ© et le bonheur d’apprendre, sans oublier la richesse de ce que reprĂ©sente la musique: le plaisir de jouer , chanter , Ă©couter ,dĂ©couvrir et partager.

En pĂ©dagogie sensorielle, il est primordial de respecter les Ă©tapes naturelles d’apprentissage de chaque personne en Ă©vitant toute forme d’échec qui mettrait en cause la spontanĂ©itĂ© et la confiance en soi ( De grands principes dĂ©fendus par Maria Montessori, CĂ©lestin Freinet, Françoise Dolto ,et bien d’autres).

 

 

LES PRINCIPES PEDAGOGIQUES

 

- Toujours partir du vivant ,de l’expression personnelle et du vĂ©cu de chacun, pour rassurer et Ă©tablir une relation de confiance. Ne jamais expliquer deux notions diffĂ©rentes, si en premier lieu nous ne sommes pas assurĂ©s que l’élĂšve les perçoit comme diffĂ©rentes.

- Ne jamais porter de jugement de valeur sur les Ă©lĂšves, leur apporter et leur proposer des expĂ©riences qui les amĂšneront Ă  trouver seuls les bonnes solutions . Cela passe par des impĂ©ratifs:la connaissance d’une multitude de jeux et d’exercices qui vont permettre d’avancer acquis par acquis, sans aucunes difficultĂ©s.La capacitĂ© Ă  observer, comprendre et analyser la rĂ©action et le comportement de l’élĂšve,en direct, afin d’ajuster ses propositions et rediriger la sĂ©ance si le besoin s’en fait sentir.Lorsque l’on prend conscience que toute connaissance qui est passĂ©e par le corps et le geste est acquise de maniĂšre quasi dĂ©finitive, la progression Ă©tape par Ă©tape devient facile,amusante et passionnante.

- Chaque cours,chaque atelier,chaque animation doit faire l’objet d’un scĂ©nario pĂ©dagogique , soigneusement prĂ©parĂ© en prenant en compte les Ă©lĂ©ments citĂ©s plus haut et nos objectifs Ă  court,moyen et long terme. Cela ne doit pas faire oublier que le plus important n’est pas le rĂ©sultat tangible et mesurable final, mais le chemin parcouru et le plaisir de le parcourir, quelle que soit la vitesse. Lorsque nous faisons une promenade , ce qui nous importe n’est pas le nombre de kilomĂštres que nous allons parcourir, ni la vitesse Ă  laquelle nous allons marcher, mais le plaisir que nous allons prendre et partager .

- Garder Ă  l’esprit l’importance du premier geste : Lorsque nous apprenons quelque chose de nouveau, le premier geste reste gravĂ© dans notre mĂ©moire . Si nous avons Ă©chouĂ© dans ce premier geste, aussi petite soit l’erreur , le cerveau va garder cette sensation d’échec,et crĂ©er du stress qui reviendra chaque fois que nous rencontrerons Ă  nouveau la notion abordĂ©e. Bien entendu ,cela pourra se corriger, mais au prix de travail , de frustrations et de temps perdu . Nous restons donc trĂšs attentifs Ă  la prĂ©cision de notre enseignement afin de poser des bases claires, fiables et prĂ©cises, de la mĂȘme maniĂšre que l’on prend le temps de construire les fondations de tout Ă©difice


 

 

- Donner une part indispensable , Ă  chaque sĂ©ance ,Ă  la relaxation. Cela pour plusieurs raisons : Dans un premier temps , c’est une forme de transition entre la vie normale et notre sĂ©ance de musique. Cela prĂ©pare l ‘esprit et le corps . La relaxation ( il peut s agir de mouvements simples, de jeux avec des morceaux de mousse , de manipulation d objets choisis par l’enseignant avec un objectif prĂ©vu,ou tout simplement d un instant de silence pour se dire bonjour et Ă©changer sur l’humeur du jour) va nous permettre de « jauger Â» l’état physique et psychologique de l’élĂšve,ainsi que son Ă©tat de disponibilitĂ© . DĂšs cet instant ,il est peut ĂȘtre possible de se rendre compte qu’il va falloir quelque peu modifier ce qui Ă©tait prĂ©vu, ou pas.

L’affinement du sens kinesthĂ©sique permet d’affiner la prise de conscience de son schĂ©ma corporel. Le travail corporel permettra peu Ă  peu une libĂ©ration des schĂ©mas qui ont pu ĂȘtre acquis de maniĂšre nĂ©gative . Mettre en Ă©veil une partie du corps qui va nous servir par la suite , favorise une meilleure acquisition technique,par le cheminement sensoriel qui est propre Ă  chacun.

- Garder rĂ©guliĂšrement une part d’improvisation et de crĂ©ation, quel que soit le niveau de l’élĂšve, et ceci Ă  toute phase de l apprentissage . GrĂące Ă  une multitude d’exercices et jeux que l’enseignant propose .

-Avoir une grande capacitĂ© d’imagination , et de connaissances apprises , Ă©couter et rester attentif. Ne pas oublier que l’on part du geste et de l’écoute de la personne. Nous partons de la sensation vers l’assimilation des connaissances par la proposition de gestes , de sons, de jeux et d‘expĂ©riences.